Accueil Honduras

Honduras

honduras
@pixabay

Des eaux bleues turquoise, une nature foisonnante et une histoire qui remonte à Christophe Colomb… Bienvenue au Honduras ! Encore assez méconnu, ce pays recèle pourtant de nombreux mystères. Un endroit à voir de toute urgence !

Infos pratiques :

  • Capitale : Tegucigalpa
  • Langue officielle : Espagnol
  • Monnaie : Lempiras
  • Population : Hondurien(ne)
  • Hymne National : Te Bandera es un lampo de Cielo
  • Fête Nationale : 15 septembre (déclaration de l’indépendance vis à vis de l’Espagne en 1821)
  • Visa nécessaire : non
  • Décalage horaire avec la France : -8h
  • Besoin d’un adaptateur électrique : oui
  • Indicatif de téléphone : 00 504

Que visiter ?

  • Tegucigalpa : Capitale du Honduras, Tegucigalpa est la plus grande ville du pays. Située au cœur de la nature, elle contient certains bâtiments très typiques comme le Museum for National Identity, mais aussi deux parcs, le Parc National de la Tigra et le Naciones Unidas de Picacho. Une ville entre nature et modernité qui vous séduira forcément !
  • Cayos Cochinos : Le paradis sur Terre…. c’est là ! Petit groupe d’une quinzaine d’îles (dont deux principales), Cayos Cochinos est un endroit sublime où l’océan bleu turquoise et les coraux sont parfaits pour quelques heures de plongée. Protégé dans le pays, l’archipel est un endroit complètement préservé de toute pollution.
  • Copan : Ancienne ville maya, Copan est l’un des sites antiques les plus connus du Honduras. A visiter absolument, elle date du VIIème siècle ap. J-C et a été abandonnée au moment de la chute de l’empire, au Xème siècle. Situé en pleine jungle, il a été oublié pendant des décennies, avant que des archéologues le retrouvent et ne lui rendent sa splendeur passée. Aujourd’hui c’est un endroit extrêmement touristique dans le pays, à visiter absolument.
  • Lac de Yojoa : Situé à près de 200 km de la capitale, le lac de Yojoa est un lac sublime, en plein milieu des montagnes. Sa végétation très tropicale et les cultures de café dans les environs font partie des endroits à voir, tout comme la cascade de Pulhapanzak, haute de 43 mètres.

Quand partir au Honduras ?

Comme beaucoup de pays d’Amérique Centrale, il existe véritablement deux saisons au Honduras : une saison sèche, qui correspond à l’été français, et une saison pluvieuse et très humide.

  • Printemps : Si le début du printemps est encore assez agréable, plus la saison avance, plus le taux d’humidité remonte. Les mois de mai et juin sont d’ailleurs les plus désagréables de l’année. Par contre, ne vous inquiétez pas, les températures étant toujours autour des 30°C, vous pourrez toujours bronzer et vous baigner.
  • Été : L’été français correspond à l’hiver au Honduras, mais cela ne signifie pas que les températures sont plus basses. Situées autour de 29 ou 30°C, elles sont surtout rendues difficilement supportables par l’humidité très forte. Un temps  qui n’est pas idéal pour la randonnée, mais qui peut être acceptable pour la plongée.
  • Automne : Les mois de septembre et octobre sont également les pires mois de l’année car l’humidité est très élevée et l’air totalement irrespirable. Peu à peu cependant, tout redevient plus supportable et le pays se visite mieux.
  • Hiver : C’est la meilleure saison pour aller dans la plupart du Honduras. En décembre et en janvier, les températures sont idéales , l’humidité est plutôt basse et le temps correspond plus ou moins à notre été en France. La seule exception reste la côte caraïbe qui est plus agréable entre mars et mai.

Comment y aller ?

  • Avion : Vu la distance entre le Honduras et la France, c’est le seul moyen de se rendre dans le pays. Par contre, ne vous attendez pas à un voyage facile : les billets ne sont pas donnés, car le pays n’est pas assez touristiques, et le temps de trajet entre Paris et Tegucigalpa (TGU) est très long.
  • Bateau : Très difficile d’aller au Honduras en bateau en venant d’Europe. Toutefois, si vous souhaitez venir d’un autre pays d’Amérique Centrale ou du Sud, des compagnies existent.
  • Train & Bus : Si certaines compagnies de bus (notamment celles qui rejoignent les grandes villes) sont plutôt pratiques, la plupart d’entre elles sont plutôt à éviter pour des raisons de sécurité.

Aucun article à afficher